akezuba7 akezuba6

akezuba


akezuba1akezuba2
akezuba3akezuba4akezuba5

AKEZUBA
Michiko Uehara

du 18 juillet au 22 août 2010
en Autriche : Textile Kultur Haslach
du 10 septembre au 24 octobre 2010
aux Pays-Bas : SieboldHuis, Leiden
du 6 au 14 novembre 2010
à Paris : AmitiésTissées
de 14h à 20h les week-end et jours fériés, sur rendez-vous en semaine


Lundi 8 novembre 2010, de 10h30 à 12h :
TABLE RONDE AUTOUR DE L 'ARTISTE
avec la participation de : Michiko Uehara, Dominique Cardon, Marie-Hélène Guelton, Linda Hanssen
Auditorium de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, 63-65 rue Olivier de Serres 75015 Paris (métro Convention)

Michiko Uehara est originaire d’Okinawa, archipel de l’extrême Sud du Japon qui bénéficie de conditions climatiques spécifiques et qui perpétue d’anciennes traditions textiles. Un savoir-faire millénaire permet la création d’étoffes aussi fines que l’aile de la libellule* ou la toile d’araignée : c’est ce que Michiko Uehara appelle "l’air tissé".
Les fils de soie qu’utilise Michiko Ueharade sont des fils de trois deniers**, les plus fins. Ils sont si fins que l’on doute de ses propres sensations quand on les prend à la main. Considérée comme une grande esthète, Michiko Uehara maîtrise parfaitement ses matériaux. Légèreté, transparence et transcendance sont les objectifs de son travail. Elle sonde la limite entre le perceptible et l’imperceptible, et loin de se vanter du raffinement de sa technique, elle cherche à donner une valeur essentielle à la réduction ultime. L’idée fondamentale de son travail est la recherche de la perfection –jusqu’à ce qu’il ne reste presque rien. Elle pose ainsi la question de la valeur et du sens du textile.

* Akezuba est le nom vernaculaire d’Okinawa pour “ l'aile de la libellule”.
** Le cheveu d’une femme européenne fait 60 deniers.

Press : Akezuba weven November 2010 N°4, Maarssen, Pays-Bas